Finden Sie uns auf Facebook

La Berne fédérale doit apprendre les languesLa Berne fédérale doit apprendre les langues
News  ¦  20/06/2012  ¦  Schweiz Schweiz

En théorie, les Latins sont bien représentés dans l’administration fédérale. Dans les faits, les Latins sont sous-représentés parmi les cadres; et la règle de la pratique de la langue de l’autre est en délicatesse: l’allemand s’impose à tous comme langue de travail. Cela doit changer!

Doit absolument mieux faire et redoubler d’efforts. C’est le commentaire que la Confédération ­recevrait de tout examinateur chargé d’évaluer l’application de la loi sur les langues au sein de l’administration fédérale.

Pour le pouvoir, tout va très bien. Le dernier rapport de l’Office fédéral du personnel, qui date de ce printemps, se félicite de ses succès. A l’en croire, les minorités linguistiques seraient équitablement représentées: les Romands occupaient 21,2% et les Tessinois 6,7% des postes de l’administration fédérale en 2011. Ces chiffres sont effectivement très proches des objectifs à atteindre: 22% pour les Romands, 7% pour les Alé­maniques. Alors de quoi se plaint-on?

De deux choses. Premier élément qui dément cette belle apparence: les Latins sont beaucoup moins bien servis aux postes à responsabilité. Un exemple. Le Département fédéral des finances d’Eveline Widmer-Schlumpf, dont dépend l’Office fédéral du personnel, remplit apparemment ses obligations. Il emploie globalement 21,8% de Romands et 10,8% de Tessinois. Mais aux postes de cadres, notre ministre des finances n’est plus entourée que par 16% de Romands et 2,2% de Tessinois. Le bilan n’est guère plus brillant ailleurs, en particulier au Département de la défense d’Ueli Maurer. Les Latins de qualité seraient une denrée rare parmi les candidatures adressées à Berne. C’est l’argument qu’on nous sert pour tenter d’expliquer cette anomalie. On n’ose pas nous dire, comme d’autres, que nous sommes les Grecs de la Suisse, mais on n’en est pas loin.

Le problème est pourtant ailleurs. Il réside d’abord dans le fait que l’Office central du personnel est doublé d’offices décentralisés dans les départements qui n’en font qu’à leur tête avec les directives. Il réside ensuite dans le rattachement du délégué au plurilinguisme à l’Office du personnel dont il est censé apprécier la politique dans le domaine des langues… Quelles que soient ses compétences, le délégué au plurilinguisme ne bénéficie pas de l’indépendance requise pour obtenir les changements qui s’imposent. La première chose à faire est donc de le rattacher non plus à l’Office du personnel, mais directement à la Chancellerie fédérale, plus sensible, de par sa mission, aux traditions du fédéralisme. Il sera ainsi indépendant à l’égard de l’Office du personnel et des départements.

Source: Le Temps

Europäischer Verband kommerzieller Fernsehanstalten (ATC) Europäischer Verband für Erwachsenenbildung (EAEA) EUROCLIO
RECIT EEE-YFU Europäischer Rat der Literaturübersetzerverbände (CEATL)
Europäischer Verlegerverband (FEP) Europäische Theaterkonvention Europäischer Verband für Terminologie (EAFT)
Eurolang Europäische Föderation nationaler Sprachinstitutionen (EFNIL) Culturelink
Literature Across Frontiers Europäische Koordination unabhängiger Produzenten (CEPI) EUNIC in Brussels
ALTE Community Media Forum Europe Fundación Academia Europea de Yuste
European Federation for Intercultural Learning Europäischer Künstlerrat (ECA) Europäischer Verlegerrat (EPC)
Club de Madrid Föderalistische Union Europäischer Volksgruppen (FUEN) Europa Esperanto Unio - EEU
Europäisches Forum für fachliche und berufliche Aus- und Weiterbildung (EfVET) Mercator europäisches Netzwerk für Sprachenvielfalt-Zentren European Council for Steiner Waldorf Education (ECSWE)

"(c) 05/02/2011 - Haftungsausschluss - Copyright European Union National Institutes for Culture" "Diese Website wurde mit Unterstützung der Europäischen Kommission finanziert." Die Verantwortung für den Inhalt dieser Website trägt allein der Verfasser; die Kommission haftet nicht für die weitere Verwendung der darin enthaltenen Angaben.

Newsletter

Bleiben Sie über Poliglotti4.eu auf dem Laufenden

"Both groups, Swedes and Norwegians, can speak their own mother tongue, which is good for cross-bording exchanges"

Katrine Glotvold Norway

Twitter